• 2 octobre 2020

Abbé Donatien Nshole : « Les Journées nationales de réflexion sur les réformes électorales sont un exercice nécessaire et exigeant »

Malgré le dépôt au niveau du Parlement d’un projet de loi relative aux reformes depuis le mois d’août 2019 et du rapport de la CENI appelant aussi les reformes, rien de sérieux n’a été fait à ce sujet jusqu’à présent. Tous les regards sont tournés vers la session parlementaire de septembre. C’est donc à la veille de cette session de tous les enjeux que nous sommes en train de finaliser nos réflexions afin d’apporter notre contribution pour la consolidation de la démocratie, a déclaré l’Abbé Donatien Nshole, Secrétaire général de la CENCO et Porte-parole de la plateforme des confessions religieuses, le mercredi 9 septembre 2020 à Pullman Hôtel de Kinshasa.

C’était à l’ouverture des Journées nationales de réflexion sur les réformes électorales à soumettre aux institutions. Suite à la gestion calamiteuse du cycle électoral passé, les organisateurs de ces assises, à savoir AETA, CENCO, ECC, SYMOCEL, CCNSC, les Congolais debout, CLC, NSCC ont décidé de réfléchir pendant du mercredi 9 au samedi 12 septembre 2020 pour améliorer le système électoral du pays.

Dans son mot, le Porte- parole de la plateforme des Confessions religieuses, estime que ces journées constituent un exercice nécessaire et exigeant dont les conclusions et les recommandations ont la vocation de promouvoir la gouvernance électorale, sur laquelle les institutions de la République seront basées. C’est la voie indiquée pour que la population ait confiance aux élections à venir.

Outre la recherche de l’adhésion de la population autour de ces recommandations, les Confessions religieuses ont mis en garde les participants à ces assises sur le piège du négativisme. Il y a certainement de très bonnes dispositions dans la loi électorale actuelle qu’il faut chercher à renforcer les hommes avertis disent que nous avons une des meilleures lois électorales qui existent. Le grand problème c’est sa mise en application, a dit l’abbé Nshole.

Pour les Confessions religieuses il y a deux axes de réflexion. Le premier, a dit l’abbé,  consiste à identifier les articles à ne pas toucher au niveau de la reforme et chercher à les protéger davantage notamment en redéfinissant la notion de l’immunité pour que les responsables de leur transgression répondent en justice. Le deuxième est d’identifier à changer, motiver le besoin de changement avant de faire les propositions concrètes.

Pour conclure son mot, l’abbé Donatien Nshole a ramené sur terre les pieds des participants à ces assises en affirmant : Ne vous faisons pas d’illusions ; les acteurs politiques qui détiennent le pouvoir de valider ces reformes ont l’habitude ne voir que leurs intérêts partisans. C’est à nous, les leaders de la société civile, d’aider la population à demeurer vigilante en ce moment précis pour qu’elle sache défendre légalement et pacifiquement son avenir qui passe par ces reformes.

JR Bompolonga

Spread the love

Read Previous

La CENCO félicite l’abbé Longin Buhake pour sa décoration

Read Next

Mgr Daniel Nlandu : « Dieu nous a fait don des prêtres et des diacres… »

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *