• 18 septembre 2021

Diocèse d’Isiro- Niangara : La Congrégation Diocésaine des Sœurs Dominicaines Missionnaires de Familles a tenu son premier chapitre

Elle est 1ere Supérieure Générale de la Congrégation Diocésaine des Sœurs Dominicaines Missionnaires de Familles d’Isiro-Niangara, c’est la révérende Sœur Béatrice- Gracielle-Marie Mabusandrodu Ngouda, op. Elle a été élue à l’issue du premier  Chapitre Général de ladite Congrégation qui s’est tenu du 23 août au 02 septembre 2021  au Centre de Spiritualité Bx Isidore Bakanja de Magambe à Isiro. Elle sera secondée de la Mère Vicaire Générale, la révérende Sœur Marie-Claire-Marie Mikanda, op. Sous le haut patronage de l’Ordinaire Suprême, son Excellence Monseigneur l’Evêque Diocésain Julien Andavo Mbia, ce premier acte capitulaire a eu pour thème : « Allez au large pour un engagement personnel et communautaire en vue de   promouvoir la Congrégation ». Il  a connu la participation de neuf (9) Sœurs Capitulaires. C’est le révérend Père  Marie-Victor Kisyaba, de la tradition dominicaine  qui a été Modérateur de ces assises avec la facilitation des Abbés François Gbakumoke  et Frédéric Malingi, tous experts en droit canonique.  6 jeunes professes y sont invitées.

La célébration eucharistique qui a clôturé ce 1er Acte Capitulaire a été présidée par Monseigneur l’Evêque Julien Andavo le jeudi 02 septembre 2021 dans la chapelle dudit Centre Spirituel. Dans son homélie, L’Ordinaire du Lieu a exhorté ces religieuses à un engagement responsable pour promouvoir la Congrégation et son charisme.  Ce chapitre général a permis à ces Religieuses Dominicaines Missionnaires de Familles  d’évaluer la vie de leur Congrégation et de se donner de nouvelles orientations sur le plan spirituel, communautaire, religieux, apostolique et économique. Trois Sœurs ont été élues comme conseillères, à savoir, les sœurs  Marie- de l’Eucharistie Mbaliandroa, op, Marcelline Mapionzi, op et Anastasie Dangamoya, op.

Pour la petite histoire, c’est avec l’accord du regretté son Excellence Monseigneur Ambroise Uma, Evêque d’Isiro-Niangara que cet Institut religieux a été fondé en 1979 comme une « Union pieuse des Filles de Saint Dominique ». Cette initiative avait reçu l’appui  du Vicariat Dominicain Saint Pie V du Zaïre pour le nécessaire discernement et un accompagnement spirituel approprié. Canoniquement, il a été érigé  le 02 avril 1991 et dénommé « Congrégation  des Filles de Saint Dominique  par  le regretté son Excellence Monseigneur Emile Aiti, Evêque d’Isiro-Niangara avec option spécifique  dédiée  à «la conquête du Salut du prochain par l’annonce de l’Evangile vécu et en particulier, l’apostolat familial sous ses diverses formes ». En vue de préciser sa mission pastorale, Son Excellence Monseigneur Julien Andavo Mbia, Evêque d’Isiro-Niangara prit, le 30 septembre 2012, une nouvelle disposition reflétant le charisme à travers le titre de la Congrégation. Celle-ci, après s’être soumise à l’action purificatrice de l’Esprit Saint, finit par se dénommer « Dominicaines Missionnaires des Familles », DMF en sigle.

Il convient de signaler que tous les éléments essentiels articulés dans les Constitutions des DMF ont été élaborés conjointement par les membres de cette famille religieuse DMF, avec l’appui technique de l’ Evêque de Lwiza, Son Excellence Monseigneur Félicien Mwanama pendant la session d’une semaine, tenue à Isiro du 12 au 19 juillet 2013.

La Congrégation des Sœurs Dominicaines Missionnaires de Familles fait partie intégrante de la grande famille de saint Dominique dont le charisme général est la « Prédication pour le salut intégral de l’homme ». La  particularité de celle-ci réside  dans « l’Evangélisation de la famille humaine », car la famille constitue l’avenir de l’humanité. Comme l’affirmait le saint Pape Jean-Paul II, « l’avenir de l’humanité passe par la famille ». Ainsi les membres de cette famille religieuse sont-ils engagés à  édifier la famille dans la foi en Dieu et la formation de la conscience afin de participer à la vie de la société et de l’Eglise.

Ladite  Congrégation vise à accompagner la famille vers sa réalisation en ce monde en mutation. Cet accompagnement passe par l’évangélisation des membres de la famille à travers la formation de couples au mariage et l’éducation à la vie familiale (responsabilités familiales à travers les formations mensuelles). Pour répondre à cet appel divin, trois secteurs sont exploités ; à savoir  la santé, l’éducation et le développement.

De commun accord avec la Communauté « Famille Chrétienne », la Congrégation des Sœurs Dominicaines Missionnaires de Familles a créé, le 15 mai 2021, à Isiro, une Organisation Non-Gouvernementale, dénommée « Solidarité de Familles pour le développement Intégral », SOFADI en sigle. La mission de SOFADI est d’accompagner de familles pour leur autonomisation et leur participation à la vie de la société. Autrement dit, il est question de promouvoir le développement intégral dans les familles. Quelques domaines d’intervention ont été ciblés, notamment : l’éducation des enfants ; la promotion des valeurs religieuses, humaines et sociales ; le planning familial ; la gestion de l’environnement ; l’agriculture et entrepreneuriat ; l’autonomisation et réinsertion des femmes (droits et devoirs) ainsi que la vulgarisation du code de la famille. Sur le dépliant expliquant l’ONG « SOFADI » est écrit : « J’aime et protège ma famille » ainsi que « Ensemble pour le développement et l’harmonie de nos familles ».

Actuellement, cette Congrégation compte 20 religieuses, 6 novices, 2 postulantes et 8 Aspirantes.

Ce Premier Chapitre Général était précédé d’une session  qui s’est déroulée du 20 au 22 août 2021. Les sœurs, les novices et les postulantes de ladite y ont participé. L’objectif de cette session de formation était  de préparer lesdites religieuses à la tenue du  Premier Chapitre Général. Tous les thèmes prévus pour cette session de trois jours ont gravité autour de la famille. Ce vendredi 20 septembre, dans l’avant-midi, Mgr le Vicaire général Sylvain Malitano les a instruites sur les fondements bibliques du mariage et sa pastorale ; dans l’après-midi, Abbé François Gbakumoke a abordé l’approche canonico-liturgique du mariage. L’intervention de Mgr l’Evêque Julien Andavo du samedi 21 août concernait les aspects éthiques du mariage selon le regard du négro-africain, alors que dans l’après l’Abbé Frédéric Malingi les avait entretenues sur l’approche du mariage et de la famille selon la législation congolaise. Cette session s’était clôturée le dimanche 22 août par deux interventions, respectivement de la Sœur Jeannine Nadi sur le planning familial selon les méthodes naturelles et artificielles ainsi que Frère Combonien Augustin sur le sens de leadership. En vue d’être concret, le pasteur catéchète Denys Asoma était  invité pour donner à ces Sœurs Dominicaines Missionnaires de Familles le témoignage sur la vie conjugale selon l’esprit chrétien.

 

Source : http://isiro-niangara.blogspot.com/

Spread the love

Read Previous

La Lettre pastorale de l’Episcopat congolais à l’occasion du Jubilé d’argent de la béatification du Bienheureux Isidore Bakanja

Read Next

Le mois de la Bible lancé à partir de Matadi

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *