• 30 novembre 2021

L’Afrique, la RDC et Kinshasa ont pleuré le Cardinal Laurent Monsengwo

C’est sous un soleil ardent que les Congolais de deux rives du fleuve Congo ont rendu hommage au Cardinal Laurent Monsengwo. L’esplanade du Palais du peuple a accueilli un grand nombre des catholiques et des autres confessions religieuses venus de plusieurs pays d’Afrique, le mardi 20 juillet 2021.

Après  l’arrivée du corps du Cardinal Monsengwo, à 10h25’, le Chef de l’Etat de la RDC, Felix Tshisekedi, et celui du Congo/Brazzaville, Denis Sassou Nguesso, ont fait leur entrée à l’esplanade du Palais du peuple.

A 10h45’, c’était le début de la messe présidée par le Cardinal Fridolin Ambongo, Archevêque métropolitain de Kinshasa, et concélébrée par une trentaine d’évêques et de prêtres.

Cardinal Ambongo : « Le Cardinal Laurent Monsengwo nous laisse un lourd héritage »

Le Cardinal Ambongo a articulé son homélie sur le livre de Siracide 44, 1-14 ; l’épitre de Paul aux Romains 14, 7-9 ; et l’évangile de  Matthieu 25, 14-30. Il a présenté ses condoléances à la famille biologique du Cardinal Laurent Monsengwo et ses remerciements à tous ceux qui ont adressé des messages de condoléances à l’archidiocèse de Kinshasa.

« Aujourd’hui, la parole de Dieu fixe notre attention sur le témoignage et le sens de responsabilité comme voies qui conduisent à la félicité éternelle », a dit en introduction de sa prédication le Cardinal Ambongo.

Il a poursuivi en indiquant que le témoignage d’une bonne vie, marquée par de bonnes œuvres, rassure sur la destinée après la mort de leurs auteurs et leur présence éternelle dans la vie et les pensées de leurs bénéficiaires. La première lecture tirée du livre de Siracide montre que les bonnes œuvres que nous accomplissons nous rendent éternels dans les cœurs des humains qui suivront notre exemple…

Notre cher père, Tata Cardinal Laurent Monsengwo, peut se reposer de ses labeurs, car ses œuvres si nombreuses, accomplies avec abnégation et compassion sans recherche de l’avoir ni du pouvoir, seulement pour l’amour de Dieu et des hommes, ses œuvres le suivent et parlent en sa faveur dans nos cœurs. Et c’est pour cela que nous sommes ici, si nombreux aujourd’hui. Avec une vie si riche en témoignage d’amour et de donation totale au Christ et aux autres, ses frères et sœurs, le Cardinal Laurent Monsengwo ne pouvait autrement terminer sa vie que dans le Seigneur, a souligné l’archevêque de Kinshasa.

Il n’a pas manqué de dire un mot sur l’évangile en déclarant que l’évangile que nous avons entendu met en lumière le sens de responsabilité qui conduit à la vie éternelle. Serviteur bon et fidèle, tu as été fidèle pour peu de choses, je te confierai beaucoup plus. Viens partager la joie de ton maître. Ce récit des talents nous rappelle tous qu’à chacun de nous, Dieu a confié des talents, et donc des portions de responsabilité, à chacun selon sa capacité. Dieu attend que l’exercice de différentes responsabilités puisse concourir à l’épanouissement d’un plus grand nombre des personnes. Nous rendons grâce à Dieu de nous avoir donné ce grand homme comme pasteur de notre Eglise. Nous remercions aussi le Cardinal Monsengwo d’avoir accepté de fructifier le don que Dieu lui avait donné pour le bien de ses frères et sœurs. Dans la foi, nous le confions à la miséricorde du Seigneur.

Frères et sœurs, a-t-il ajouté, maintenant que cet éminent pasteur est parti. Il est là, dans ce cercueil simple et nous ne le reverrons plus jamais avec nos yeux humains. Mais, il nous laisse un lourd héritage. Le meilleur chemin pour honorer la mémoire du Cardinal Laurent Monsengwo c’est sans doute ce que nous faisons aujourd’hui avec solennité, avec dignité. Mais l’hommage le plus important que nous apporterons à ce grand homme qui nous quitte, c’est de continuer son combat et d’accomplir l’œuvre de Dieu pour notre humanité. Ce combat dont il n’a été que l’humble serviteur. L’œuvre de Dieu dans la situation actuelle de notre monde, de notre pays c’est de voir l’Afrique, c’est de voir le Congo débout, uni et prospère. C’est de voir les fils et les filles de ce grand continent, de ce grand pays, sans distinction de langues, de tribus, de religions, de classes sociales se donner la main pour faire reculer les frontières de l’injustice, de l’égoïsme, de l’exploitation des pauvres et s’engager à bâtir dans la paix ce Congo de nos rêves, ce Congo plus beau qu’avant, tel que nous chantons dans notre hymne national.

Pour le Cardinal Fridolin Ambongo, l’œuvre de Dieu pour la renaissance du Congo, mais aussi du continent africain, pour lequel le Cardinal Laurent Monsengwo a consumé toute sa vie, c’est de voir nos dirigeants ne pas se considérer comme des propriétaires de nos pays, mais comme des humbles serviteurs de la Nation pour le bien et le bonheur des populations. La meilleure façon d’honorer la mémoire de ce personnage qu’est Laurent c’est de s’engager résolument pour que les richesses immenses que Dieu a dotées notre pays servent réellement au bien de nos populations et non à un petit groupe des privilégiés. On ne peut rendre hommage à la mémoire du Cardinal Laurent Monsengwo si on laisse la population croupir dans la misère alors que les gouvernants vivent dans l’opulence et l’impunité. Honorer la mémoire du Cardinal Monsengwo c’est aussi devenir des artisans de paix, de justice, de l’instauration de l’Etat de droit pour que le vivre-ensemble dans la paix et la réconciliation nationale soit possible en Afrique et au Congo.

Après l’homélie et la communion, l’assistance a suivi le mot de la CENCO prononcé par Mgr Marcel Utembi Tapa, Archevêque de Kisangani et Président de l’Episcopat congolais. Dans son message, il a souligné que le Cardinal Laurent Monsengwo est « un véritable panafricaniste ecclésiastique, il fut Président du SCEAM (Symposium des Conférences Episcopales d’Afrique et de Madagascar). En 2010, il a plu au Pape Benoît XVI de le créer Cardinal, et en 2013 le Pape François l’a nommé membre du Conseil de cardinaux ayant pour mission de l’aider dans la réforme de la Curie romaine. Le Cardinal Laurent représentait toute l’Afrique et le Madagascar dans ce Conseil ».

Le Nonce apostolique en RDC, Mgr Ettore Balestrero, a pris la parole pour louer le travail abattu par le Cardinal Laurent Monsengwo pour une amélioration de la situation socio-politique du pays. Après avoir présenté ses condoléances à la famille biologique du disparu, au Cardinal Ambongo et aux évêques auxiliaires, et aux fidèles catholiques. Il a lu le message du Pape François et d’autres responsables du Saint- Siège.

Le Cardinal Monsenwgo élevé au rang du Grand Cordon de l’Ordre national…

Ensuite, il y a eu le dépôt des gerbes des fleurs par les présidents Félix Thsisekedi et Sassou Nguesso.

L’Abbé Donatien Nshole, Secrétaire général de la CENCO, a présenté les différents archevêques et évêques venus de l’étranger pour compatir avec les Congolais au décès du Cardinal Laurent Monsengwo.

Enfin, le Président de la République, Félix Tshisekedi, a décoré à titre posthume au grade de « Grand cordon » de l’Ordre national Héros nationaux Kabila-Lumumba, le Cardinal Laurent Monsengwo Pasinya

Spread the love

Read Previous

Mgr José Moko : « Merci pour tout, Cardinal Monsengwo »

Read Next

Mgr Marcel Utembi : « Le Cardinal Monsengwo incarnait la mission prophétique de l’Eglise »

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *