• 25 octobre 2020

Le Cardinal Ambongo : « La présence de Jésus est un trésor caché en chacun de nous »

Le jeudi 15 octobre 2020 marque le quatrième et dernier jour de l’Assemblée Plénière de la CENCO. Comme à l’accoutumée, la journée a commencé par une messe célébrée par Mgr Fridolin Cardinal Ambongo Besungu, Archevêque de Kinshasa. Dans son homélie ayant comme soubassement l’épitre de saint Paul aux Romains 8, 22-27 et de l’évangile selon saint Jean 15, 1-8, le Cardinal, à la suite de la Ste Thérèse d’Avila, nous invite à rentrer en nous-mêmes. Suivons l’Archevêque de Kinshasa :

 

En cette dernière journée des travaux de notre Assemblée Plénière, la liturgie propose à notre méditation la figure d’une femme, une grande sainte, Ste Thérèse d’Avila, vierge et docteur de l’Eglise.

Ste Thérèse est née le 22 mars 1515 à Avila, en Espagne, en pleine période de crise et de décadence, avec une foi superficielle plus un clergé trop mondain qui conduisit à la Réforme Protestante et les guerres de religion.

Devant cette situation, la jeune Thérèse réfléchit, elle cherche, elle demande ce qu’elle peut bien faire. Dans ses méditations, elle est touchée par ce verset de l’évangile « Si tu savais le don de Dieu » (Jn 4, 10).

C’est une parole qui nous est adressée en ce lieu, en ce jour, à chacun et à chacune. Thérèse a découvert que ce don de Dieu, c’était un trésor caché au fond de son âme ; et que ce trésor caché, c’était la présence de Jésus qui vient faire sa demeure en nous : « Demeurez-en moi comme moi je demeure en vous » (Jn 15, 4)

Fort de cette présence agissante en elle, Ste Thérèse va l’orienter vers un don total qui fera d’elle la grande Réformatrice du Carmel  qui était pas mal relâché. Elle va fonder jusqu’à 17 Carmels, sans compter les 14 couvents des Carmes fondés à sa demande avec le concours de St Jean de la Croix.

Devant l’immensité des défis pastoraux, Thérèse nous apprends à rentrer dans nous-mêmes pour découvrir cette présence de Dieu en nous, quoi que nous fassions et où nous allions.

De même dans l’évangile, Jésus souligne la corrélation entre l’arbre et le fruit, entre le cœur et la capacité d’acte bon ou mauvais. Jésus questionne aussi notre responsabilité de pasteur à aider notre peuple, aux abois,  à rentrer à lui-même et à découvrir d’abord ce Jésus qui veut demeurer  en lui. A découvrir en lui ce qui dure toujours et ne trompe pas.

Cardinal Fridolin Ambongo

Archevêque de Kinshasa

 

 

 

Spread the love

Read Previous

Mgr Toussaint Iluku : « Pour avoir une vraie relation avec Dieu, il faut la conversion du cœur »

Read Next

Saint-Siège : Le Cardinal Fridolin Ambongo dans le Conseil des Cardinaux

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *