• 30 novembre 2021

Mgr Utembi : « La reconnaissance de la fragilité de notre existence et du monde nous invite à nous tourner davantage vers le Seigneur »

Mgr Marcel Utembi Tapa, Archevêque de Kisangani et Président de la CENCO, a célébré l’eucharistie marquant le début des travaux du Comité Permanent extraordinaire le mardi 23 novembre 2021 au centre Caritas Congo, à Kinshasa. L’archevêque a souligné que “Les événements ont valeur de signe. Dans une même et unique vision, Jésus montre la fragilité du Temple. Avec des signes comme l’avènement de la peste, la famine, les guerres, les tremblements des terres, il prédit la chute de Jérusalem et la fin des temps ». Il a poursuivi son homélie pour signifier que « la reconnaissance de la fragilité de notre existence et du monde dans lequel nous vivons nous invite à nous tourner davantage vers le Seigneur et à nous appuyer sur lui ». Voici dans son intégralité l’homélie de Mgr Utembi:

 

Homélie de S.E. Mgr Marcel UTEMBI, Archevêque de Kisangani et Président de la CENCO

Messe d’ouverture du Comité Permanent

Session extraordinaire 23-25 novembre 2021

 

1ère lecture : Dn 2, 31-45 / Evangile : Lc 21, 5-11

 

Eminence,

Excellences,

Chers frères et sœurs,

 

La liturgie de ce mardi de la 34ème semaine du temps ordinaire nous propose en méditation : un passage tiré du livre de Daniel, et la partie finale de l’Evangile selon Saint Luc. Les deux textes montrent la fragilité des œuvres humaines et de notre vie, elles nous invitent en même temps à nous appuyer sur Dieu.

Dans la première lecture, Daniel interprète une vision du Roi Nabuchodonosor et lui révèle la fragilité de son royaume. Ceci faisait suite à la profanation du temple par ce dernier. Daniel lui fait voir qu’un royaume construit sans Dieu est comme une maison bâtie sur du sable sans fondation solide, d’où l’image du monstre aux pieds d’argile.

Dans l’évangile, Jésus part de la contemplation que ses disciples font du Temple, ils admirent la beauté des pierres et les offrandes des fidèles. Jésus leur dit : « ce que vous contemplez, des jours viendront où il n’en restera pas pierre sur pierre : tout sera détruit », là est un autre symbole de la fragilité. Les événements ont valeur de signe. Dans une même et unique vision, Jésus montre la fragilité du Temple. Avec des signes comme l’avènement de la peste, la famine, les guerres, les tremblements des terres, il prédit la chute de Jérusalem et la fin des temps.

Chers frères et sœurs,

Ce discours n’est pas pour nous faire peur, mais plutôt pour éveiller notre foi. Il vise à susciter en nous l’espérance de ressusciter avec Notre Seigneur Jésus-Christ et d’entrer dans sa gloire.

C’est l’occasion de transposer cette fragilité du monde en général et de notre société en particulier, dans notre vie personnelle qui n’a qu’un caractère passager et qui connaîtra la fin. Le Seigneur peut venir à chaque instant mettre un terme à notre pèlerinage sur cette terre et nous appeler à vivre dans sa plénitude.

Les évènements qui sont décrits dans le passage de l’évangile font largement écho à l’actualité de notre société qui connaît multiples tribulations : l’insécurité qui menace l’unité de notre pays ; les catastrophes naturelles : éruption de volcans, inondations, tremblements de terre qui aggravent les conditions des pauvres déjà appauvries, à cela s’ajoute la pandémie de la covid, l’épidémie de la rougeole, etc.

Jésus sais tout ce que nous vivons comme misères. Il rappelle que tout est fragile et sera détruit, mais en même temps, il nous invite à la patience et à la confiance : « il faut que tout cela arrive d’abord, mais ce ne sera pas aussitôt la fin ».

La Parole de Dieu nous donne la lumière pour faire face à toutes ces épreuves et la force de l’espérance pour marcher avec le Christ jusqu’en sa gloire.

La reconnaissance de la fragilité de notre existence et du monde dans lequel nous vivons nous invite à nous tourner davantage vers le Seigneur et à nous appuyer sur lui.

En effet, celui qui ne construit pas avec Dieu, ne peut construire solidement. Il s’agit de nous accrocher à Dieu, d’être vigilant dans la prière.

Demandons au Seigneur de nous assister par son Esprit de sagesse pour que notre réunion nous fasse découvrir les voies et moyens de répondre, dans l’exercice de notre mission prophétique, à tant de défis, signes de nos fragilités.

Que la Bienheureuse Marie-Clémentine Anuarite dont la fête approche, intercède pour notre pays et lui obtienne, de la part du Seigneur, la restauration de la paix et d’abondantes bénédictions.  AMEN !

Kinshasa, le 23 novembre 2021

Mgr Marcel UTEMBI TAPA

Archevêque de Kisangani

Président de la CENCO

Spread the love

Read Previous

Abbé Kalenga : « Faites la différence en offrant la Bible comme cadeau aux mariés »

Read Next

DISCOURS DE MGR UTEMBI A L’OUVERTURE DU COMITE PERMANENT, SESSION EXTRAORDINAIRE DU 23 AU 25 NOVEMBRE 2021

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *