• 18 septembre 2021

Lambert Mende : « L’application de l’Accord est en pleine phase de maturité »

Dans le point de presse tenu ce mercredi 03 janvier 2018, le Ministre Mende affirme que « l’application de l’Accord de la saint-Sylvestre est en pleine phase de maturité ». Selon lui, rien ne justifie la marche du 31 décembre 2017 car l’application de l’Accord est un sujet sans objet.
Le point de vue du Ministre est avancé dans un contexte d’acharnement à l’endroit de Son Eminence le Cardinal Laurent Monsengwo qui a tenu la veille un point de presse pour dénoncer, condamner et stigmatiser les agissements des forces de l’ordre « qui traduisent malheureusement, et ni plus ni moins, la barbarie ». Il en veut pour preuves: « le fait d’empêcher les fidèles chrétiens d’entrer dans les églises pour participer à la messe, le jet de gaz lacrymogène pendant la célébration eucharistique dans les différentes paroisses de Kinshasa, le vol d’argent, d’appareils téléphoniques, la poursuite, la fouille systématique des personnes et de leurs biens dans les églises et dans les rues, l’entrée des militaires dans les cures de quelques paroisses sous prétexte de rechercher les semeurs des troubles, les tueries, les tirs à balles réelles et à bout portant sur des chrétiens tenant en mains bibles, chapelets et crucifix, les arrestations des prêtres et fidèles, etc. »
En effet, les chrétiens catholiques ont marché à l’appel du Comité Laïc de Coordination pour réclamer l’application intégrale de l’Accord du 31 décembre 2017. Se référant au message de l’Assemblée plénière extraordinaire des Evêques de la CENCO du 24 novembre 2017, le cardinal souligne que le malaise sociopolique que traverse le pays est dû à la violation de l’Accord politique global et inclusif du Centre Interdiocésain.
Pour le Ministre Mende, le malaise actuel a pour origine l’obstination politique de certains acteurs qui veulent prendre le pouvoir par d‘autres voies que celles des urnes.
Il sied de rappeler que c’est l’Accord de la Saint-Sylvestre qui a décidé du maintien des institutions à mandat électif et de leurs dirigeants. Il a ainsi créé un cadre pour la gestion consensuelle des institutions et du pays ; nier cela c’est ramer à contre courant.

Spread the love

Read Previous

DECLARATION DU CARDINAL LAURENT MONSENGWO EN MARGE DE LA MARCHE DU 31 DECEMBRE 2017

Read Next

Messe en mémoire des martyrs de 1959 et des victimes du 31 décembre 2017

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *